return to main page
Back to the Main MenuLes news du DonjonMinitel - 36 14 / 36 15 AkelaLes oasis du 36 15 Akela !Vous aimez la page ? Signez le livre d'or.
Les liens du Donjon
 

Les Grands Anciens sont parfaitement identifiables et portent chacun une petite dizaine de noms selon l'endroit de l'univers où on les vénèrent. Ils sont assez nombreux mais pas tous d'égale puissance et certains sont prisonniers sur Azeroth depuis l'aube des temps. Ils ont tendance à s'affronter mutuellement, par défi ou par vengeance, ce qui n'empêche pas leur groupe d'être en partie hiérarchisé, peut-être en prévision de l'heure de la délivrance...

A l'aube des temps, tous vivaient au large d' Alpha Orionis mais il semble qu'ils défièrent les règles imposées par quelques sombres déités. Une épouvantable guerre fratricide s'ensuivit. Pour punir les Grands Anciens de leurs actes, ils furent exilés aux quatre coins de l'univers. Des sceaux furent apposés sur la porte de chacune de leur prison pour leurs en interdire toute fuite.

Il est dit que lorsque les étoiles auront repris la configuration qu'elles avaient au moment de leur emprisonnement, ces derniers seront libérés car la protection des sceaux n'agira plus. Il arrive cependant que certains Anciens parviennent à traverser le voile de la réalité et à intervenir dans notre monde, tel le Grand Cthulhu qui insuffle les rêves et les cauchemars chez les habitants d'Azeroth.

 
Maître de R'lyeh
La gigantesque silhouette du Grand Ancien est vaguement anthropoïde, avec un corps écailleux d'une grande élasticité surmonté d'une tête garnie d'une masse de tentacules obscènes. Des griffes prodigieuses arment ses pattes postérieures et antérieures et de longues et étroites ailes pointent dans son dos.

Suite à d'obscures luttes cosmiques dépassant l'entendement, nombre de Grands Anciens ont été bannis (ou se cachent en attendant des jours meilleurs) en des lieux, des ères ou des dimensions reculés de l'univers. Malheureusement, c'est Azeroth qui a été choisie pour être la résidence du Grand Cthulhu… Il gît au plus profond de la Grande Mer, dans sa sombre demeure de R'lyeh, une hideuse citadelle aux angles non-euclidiens couronnée d'un monolithe. Et si cela vous rassure c'est que vous ignorez tout des pouvoirs de Celui qui Attend et Rêve…

Malgré son isolement et sa trompeuse torpeur, le Grand Ancien poursuit inlassablement et implacablement son grand dessein : arpenter de nouveau le monde d'Azeroth pour y semer la destruction, la folie et la mort. Par ses rêves il reste en contact avec ses Adeptes et ses apôtres, qui attendent et espèrent la remontée de R'lyeh et le Réveil de leur Maître.
 
L'Habitant du Lac

Glaaki a fait l'objet d'un culte particulièrement répugnant dont la plupart des adeptes sont des esclaves morts-vivants. Le Grand Ancien réside actuellement au fond d'un lac perdu quelque part sur Kalimdor. il y attire les êtres vivants en utilisant des "rêves attractifs" (des rêves hypnotiques aux fidèles potentiels). Aujourd'hui, Glaaki est affaibli et, sans la force qu'il retire des cérémonies d'initiation, il ne peut plus envoyer de rêves attractifs à de longues distances. Mais si quelqu'un vient à s'installer dans les parages de sa retraite, il chargera ses serviteurs morts-vivants de le capturer pour en faire un initié (autrement dit un mort-vivant...)

 
La Tisseuse

Atlach-Nacha ressemble à une immense et hideuse araignée noire et velue. C'est pourquoi il est parfois considéré comme le souverain de toutes les araignées. Son visage est vaguement humain et il possède de petits yeux rouges bordés de cils. Malgré cet aspect cauchemardesque, Atlach-Nacha est d'origine terrestre : il ne serait rien de moins que l'un des monstrueux rejetons d'Abboth.

Actuellement, on ne lui connaît aucun culte hormis quelques sorciers isolés. Toutefois, le Liber Ivonis désigne Atlach-Nacha comme faisant partie du panthéon nordique. Ceci s'explique par son ancien lieu de résidence sous le Mont Voormithadreth, un volcan éteint et perdu depuis longtemps. Le Grand Ancien résiderait aujourd'hui sous le continent des royaumes de l'est.

Atlach-Nacha vit sous terre où il tisse sans cesse une toile immense, afin, pour une raison inconnue, de relier d'insondables abîmes. Le Liber Ivonis précise que la croyance hyperboréenne veut que lorsque cette toile sera terminée alors la fin du monde surviendra.

 
Le Protéiforme

Abhoth est un être sombre. Son esprit cynique et sa forme instable l'apparentent à Tsathoggua. D'ailleurs, comme ce dernier, son lieu de résidence est N'kai, le vaste continent souterrain situé sous les Steppes ardentes. Les cavernes fétides dans lesquelles il réside, et dont il ne sort jamais, sont également accessibles depuis les Contrées du Rêve.

Si quelqu'un s'approchent d'Abhoth, ce dernier se met à bouillonner dans sa mare putride. Il agite vers les "intrus" un membre qui se détache et s'éloigne en rampant. Les visiteurs seront alors saisis et dévorés par d'autres appendices. Ou alors ils seront ignorés, car l'esprit d'un dieu est insondable !

Abhoth peut communiquer par télépathie avec ses "visiteurs", mais les comptes-rendus de tels échanges sont malheureusement rares : ceux qui réchappent à ces entretiens sont étonnamment peu loquaces… lorsqu'ils savent encore s'exprimer avec cohérence !

 

L'Horreur Reptilienne

L'aspect général de Bokrug est celui d'un lézard ou d'un iguane bleu-vert de très grande taille. Comme l'animal auquel il ressemble, il est d'une infinie patience et il rumine pendant des siècles les affronts qu'il aurait pu subir.

Bokrug est l'un rares Grands Anciens originaires des Contrées du Rêve. Il est pourtant possible que ce dieu n'en soit pas un et qu'il appartienne à une race d'êtres qui se seraient promus dieux des Thuum'ha, les Etres d'Ib. Il semble avoir été vénéré à l'origine par ce peuple flasque et aquatique qui vivait dans l'étrange cité d'Ib.

Il fait aujourd'hui l'objet d'un culte mineur et plutôt bénin qui semble le satisfaire. Depuis la destruction de l'antique Sarnath – dont les habitants avaient massacré ses adorateurs ibites – il paraît se contenter des attentions des Thuum'ha de Lh-Yib et d'autres habitants d'Ilarnek. Il n'a plus jamais eu d'autre colère dévastatrice...

Le Fou

Bugg-Shash ne fait l'objet d'aucun culte organisé connu. Il est toutefois recherché par des sorciers et des fous solitaires qui poursuivent des buts de vengeance ou de meurtre. Une fois invoqué, le Grand Ancien consacre tous ses efforts à la capture de ses victimes. Comme il est peu disposé à obéir aux ordres de son invocateur, Bugg-Shash l'attaque immédiatement à moins d'être retenu par un pentagramme spécialement enchanté tracé sur le sol ; pentagramme qui doit être assez grand pour contenir la victime sacrificielle. Si l'un de ces éléments manque, l'invocateur subit l'attaque.

Le Grand Ancien, qui vit dans l'obscurité la plus totale, est repoussé par la lumière, mais elle ne le bannit pas définitivement. Une fois invoqué, Bugg-Shash ne retourne dans sa demeure extraterrestre qu'après avoir tué au moins une victime, que ce soit la personne prévue ou l'invocateur. Les victimes qu'on lui a désignées sont en relative sûreté durant la journée, mais chaque fois qu'elles entrent dans une zone obscure, Bugg-Shash apparaît instantanément !

Le Grand Ancien peut animer des cadavres en les immergeant dans ses excrétions visqueuses. Ces "zombies" sont complètement sous son contrôle, jusqu'à ce qu'il soit banni de manière définitive ou jusqu'à ce qu'il se fatigue d'eux et leur permette de mourir. Un esclave mort-vivant de Bugg-Shash ressemble à un cadavre animé couvert de bave gluante.

 
Le Fouisseur d'en Bas

Shudde M'ell est le plus impressionnant de tous les Cthoniens (ses milliers de fils) : le gigantesque et cruel Grand Ancien est un terrifiant léviathan grisâtre de plus d'un kilomètre ! C'est sans doute pour cette raison qu'il est considéré comme le père de ces immondes fouisseurs. Il ressemble à un gigantesque ver sans tête dont l'une des extrémités fourmillerait d'innombrables tentacules.

Le Grand Ancien a les mêmes pouvoirs destructeurs (séismes) et télépathiques que les autres membres de sa race honnie, mais avec des effets encore plus puissants ! Comme eux, il craint l'eau, mais la chaleur et les fortes pressions ne l'affectent pas. Il possède également les mêmes capacités de fouisseur que sa progéniture et il parcourt la planète directement à travers la roche à des profondeurs insondables.

Comme les Cthoniens, Shudde M'ell est originaire d'Azeroth et on a longtemps cru que son nid originel était situé sous la cité orc d'Orgimmar, en Kalimdor.

Il fut un temps où Shudde M'ell était emprisonné sous la cité perdue de G'harne grâce à des Pierres étoilées de Mnar (des Signes des Anciens), mais des mouvements tectoniques et la collecte de ces pierres par les indigènes sont sans doute responsables de sa "libération".

Comme tous les Cthoniens, Shudde M'ell dispose de pouvoirs télépathiques : "immobilisation" de ses victimes, communication avec des être intelligent pendant leur sommeil et contrôle mental d'esclaves humains. Il est également en contact télépathique avec tous les membres de sa race et il perçoit instantanément tout ce qu'ils ressentent...

 
Le Perfide

Cette divinité peut se manifester sur Azeroth de deux manières. Il peut tout d'abord apparaître sous sa propre forme, un humanoïde nu au corps bouffi, énorme et luminescent. Cette répugnante créature dépourvue de tête possède au creux de ses paumes deux gigantesques bouches avides. La seconde manière est beaucoup plus insidieuse et terrifiante. Il peut prendre possession du corps d'un hôte, qu'il soit involontaire ou, hélas, réticent. Pour se faire, il est absolument nécessaire que l'infortuné élu connaisse la divinité, destin que peut connaître un fervent adorateur ou un investigateur malheureusement un peu trop curieux. En effet, Y'golonac est mentionné dans Les révélations de Glaaki. Quiconque compulse ces ouvrages risquera donc à tout moment, en lisant ou prononçant le nom de cette divinité, de devenir un parfait réceptacle...

Une fois, à l'intérieur de son hôte, qu'il préfère tout de même peu vertueux et bouffi de péchés, Y'golonac peut alors soit conserver cette apparence, soit la modifier à volonté afin de reprendre sa forme originelle... Inutile de vous décrire ce qu'il reste du corps et de l'esprit de l'infortunée victime une fois qu'Y'golonac, lassé, quitte cette enveloppe charnelle.

Son culte est entretenu par des êtres abjects et, bien que peu répandu, il est parvenu à survivre jusqu'à notre époque.

 
L'Horreur Protoplasmique

Son corps en forme de cône tronqué est surmonté d'une touffe de tentacules reptiliens et vermiformes agités de mouvements sinueux, desquels émergent quatre vigoureux pseudopodes disposés en étoile. Au milieu de ce "bouquet", émerge une tête ophidienne aux yeux froids et pourtant non dénués de moquerie et de cruauté.

Malgré ce corps massif, Zoth-Ommog est très rapide, extrêmement rapide même. Il est également très agressif, extrêmement agressif. En cas de rencontre, il est donc très difficile de lui échapper. Il est vraisemblable que toute tentative de fuite sera même inutile... Toutefois il est assez rare de le rencontrer : sa demeure est la même que celle du Grand Cthulhu (dont il serait l'un des trois fils) R'lyeh engloutie au fond du Pacifique sud.

Zoth-Ommog a aujourd'hui peu d'adorateurs. Les représentations du Grand Ancien sont les vecteurs des apparitions de la maléfique entité : grâce à ces statues il parvient encore à se manifester à la surface de la terre. Bien que peu fréquentes, ses apparitions sont toujours désastreuses pour les malheureux témoins !

 
Celui qui ne doit pas être Nommé

Hastur est lié au mystique lac de Hali, au Signe Jaune et à Carcosa, ainsi qu'aux êtres qui résident en ces lieux. Il est souvent associé à la faculté de voler au travers de l'espace. On ne sait pas grand chose de son aspect physique. Dans un cas de possession par Hastur, le corps de la victime est devenu boursouflé et écailleux, alors que les membres semblaient aussi flasques que s'ils avaient été désossés. Les choses qui vivent dans le lac de Hali et qui lui sont apparentées ressemblent vaguement à des pieuvres vues de derrière. Leurs visages sont d'une laideur insupportable. Les Byakhees, une race de créatures volantes vivant dans le vide interstellaire, sont ses serviteurs. Son culte est peu répandu sur Azeroth. Cette religion est particulièrement répugnante, et peu s'y sont voués.

 
Le Marcheur du Vent

On prétend qu'Ithaqua résiderait dans la partie la plus septentrionale de Kalimdor, où des elfes l'auraient rencontré. Il est réputé hanter les étendues désertiques et suivre à la trace les voyageurs infortunés avant de les emporter avec lui. Ses victimes sont ensuite retrouvées, des semaines ou des mois plus tard, à moitié enfouies dans le sol, comme si elles étaient tombées d'une grande hauteur, pétrifiées par le gel dans des postures attestant des souffrances qu'elles ont endurées, avec quelques parties importantes de leur anatomie en moins...Le culte d'Ithaqua est de faible importance, bien que nombreux soient ceux qui le redoutent dans le Grand Nord.

 

La Flamme Vivante

Cthugha ressemble à une énorme masse de matière enflammée dont la forme change constamment. Il réside dans les parages de l'étoile Formalhaut, d'où il est possible de le faire venir par invocation. Il est le plus obscur et le plus lointain des Grands Anciens. Il semble bien que Cthugha ne fasse l'objet d'aucun culte, bien qu'il ait à son service des êtres appelés Vampires de Feu, qui, selon certains ouvrages, seraient dirigés par un certain Fthagghua... mais peut-être ne s'agit-il là que d'un autre nom désignant Cthugha. Cette entité possède les mêmes pouvoirs télépathiques que les autres Grands Anciens, mais paraît n'avoir aucun contact avec races d'Azeroth. Il est donc indispensable de l'invoquer pour pouvoir traiter avec elle. Mais attention, car lorsque Cthugha est invoqué, il emmène toujours avec lui des Vampires de Feu, dont la tâche première consiste à embraser toute la région environnante. Le Grand Ancien, pour sa part, flotte au-dessus de ses invocateurs, dévastant et carbonisant les alentours. Cthugha et ses sbires ne repartent jamais avant d'avoir entièrement dévasté la dite zone, à moins d'y être contraint par un sort...

 
Seigneur du Volcan
On prétend que Ghatanothoa est d'une horreur sans nom, avec des myriades de tentacules, ses gueules béantes et ses organes sensoriels immondes. Cette entité, quoique horrible, a cependant une forme bien définie. Ghatanothoa est parfois associé aux Lloigors. On ne lui connaît à l'heure actuelle aucun adorateur. En revanche, dans les temps anciens, les prêtres lui offraient périodiquement des sacrifices, de peur qu'il sorte un jour de son volcan éteint pour provoquer un bien plus grand carnage. Ghatanothoa résidait jadis dans un gigantesque terrier, creusé sous une cité naine. Son antre est surmonté par le cône tronqué d'un volcan. La demeure du dieu fut submergée par les flots, ce qui le priva de sa liberté. De temps à autre, des mouvements tectoniques amènent temporairement son repaire à la surface des eaux, pour une répétition générale du jour maudit où ce lieu reviendra définitivement à l'air libre.
 
Dieu du labyrinthe
Eihort vit dans un vaste souterrain. Lorsqu'il accule une victime, il lui propose toujours un marché que celle-ci ne peut refuser sous peine de mort. Si elle veut survivre, elle est obligée d'accepter que le Grand Ancien implante dans son corps une larve immature qui lui fera avoir des cauchemars sans cesse plus redoutables pour sa santé mentale. Au fur et à mesure de son développement, la larve luttera pour prendre le contrôle de son hôte. Après quelques mois, le combat atteindra son apogée, lorsque de terrifiantes visions ravageront le cerveau du malheureux. La larve déchirera alors son corps d'accueil afin d'en émerger et d'entreprendre une existence autonome. Inutile de préciser qu'il est impossible de survivre à ça. Les larves d'Eihort sont de petites créatures rondes et blanchâtres, en forme d'asticot ou d'araignée, qu'il est facile de tuer. Leur destruction systématique risque toutefois de provoquer le courroux d'Eihort. Dès qu'elles ont quitté leur hôte, elles partent se cacher afin d'attendre le jour où les Grands Anciens fouleront à nouveau le sol de notre planète Ce jour-là, elles se transformeront en réplique miniature de leur père...
 
Le Dormeur de N'Kai
Tsathoggua réside dans le golfe noir de N'Kai où il débarqua quand il arriva sur Azeroth en provenance des profondeurs de l'espace. C'est un des Grands Anciens les moins malveillant, bien qu'il reste redoutable. Tsathoggua est représenté le plus souvent avec un corps obèse couvert de fourrure, une tête de crapaud et des oreilles de chauve-souris. Sa bouche béante et ses yeux mi-clos lui donnent un air somnolent. On prétend cependant qu'il peut changer de forme à volonté. Il fut adoré dans les temps anciens par des sous-tauren à fourrure et, plus tard, par des magiciens et des sorciers. Il aurait fait don à ses fidèles de portes spatiales magiques et de divers sortilèges. Ce Grand Ancien est servi par une race d'entités connues, faute de mieux, sous le nom de "Larves Amorphes". On les trouve dans le temple de N'Kai.
 
Go to Main Menu Page